ContentArmor News | 7 September 2017

ContentArmor raised 1.1 Million Euros

Rennes, Paris

ContentArmor a technology vendor specialized in content protection technologies for the Media and Entertainment industry announced today that the company has raised 1.1 million euros from French VCs Calao Finance and Breizh up with additional funds coming from its financial partners. ContentArmor will accelerate the development of its forensic watermarking products and the company’s international expansion.

La start-up rennaise ContentArmor, l’un des leaders du tatouage vidéo, réalise sa première levée de fonds de 1.1 Millions d’Euros et voit rentrer à son capital Calao Finance et Breizh Up, le fonds régional breton de co-investissement. Le Crédit Agricole d’Ille-et-Vilaine, le Crédit Mutuel de Bretagne et bpifrance ont également participé à ce tour de table.
ContentArmor, une jeune start-up innovante basée à Cesson Sévigné près de Rennes, aide l’industrie audiovisuelle à lutter contre le piratage des contenus. Pour cela, ContentArmor propose une solution de tatouage vidéo (ou watermarking en anglais), technologie permettant d’insérer dans les vidéos une marque invisible et indélébile. Le principe est que chaque abonné ou utilisateur autorisé reçoit une copie de la vidéo tatouée de façon unique. Si cet utilisateur pirate la vidéo et la partage sur Internet, la relecture de la marque permettra de remonter à lui. Le watermarking aide donc à la lutte contre le piratage tout d’abord en permettant de retrouver les sources des copies pirates disponibles sur Internet mais aussi en dissuadant les utilisateurs de pirater leur contenu.
Le piratage vidéo atteint actuellement un niveau inégalé. L’ACE (Alliance for Creativity and Entertainement), qui regroupe des producteurs de contenus tels que Amazon, HBO, Canal + ou Paramount, estime à 5.4 Milliards le nombre de téléchargements de contenus vidéos pirates sur Internet en 2016. Cet été encore, HBO s’est vu volé un épisode inédit de « Game of Thrones ». Le piratage affecte aussi les grands évènements sportifs qui sont rediffusés illégalement en streaming sur Internet. Enfin, l’accès au contenu piraté est non seulement de plus en plus facile et donc accessible à tous mais aussi présente souvent une vitrine ayant un aspect légal pouvant tromper des utilisateurs honnêtes. Ainsi, des boitiers permettant d’accéder facilement à des contenus pirates sont en vente libre sur Internet ou même dans des supermarchés aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne. Conscients de cette montée en puissance du piratage, les producteurs de contenus, que ce soit les studios de Hollywood ou les tenants des droits sportifs, recourent de plus en plus au watermarking pour améliorer l’efficacité de leur lutte contre le piratage. Ainsi, les studios américains vont imposer le watermarking pour les offres de VOD Premium (PVOD) qui proposeront des films en VOD moins d’un mois après leur sortie au cinéma.
Créée en 2016 par Séverine Baudry, Eric Bénetière, Gwenaël Doërr, Alain Durand et Christophe Vincent, experts reconnus dans la sécurité vidéo et la diffusion multimédia et anciens de Technicolor, ContentArmor propose la seule solution de tatouage opérant directement sur le contenu sans avoir besoin de le décoder, même partiellement. La technologie de ContentArmor s’intègre donc très facilement et à un coût moindre à toute étape de distribution du contenu vidéo. ContentArmor vise notamment le marché de la production du contenu, particulièrement sensible car le contenu y est manipulé avant sa première diffusion. Ainsi, ContentArmor a noué dès Septembre 2016 un partenariat stratégique avec la société américaine MediaSilo qui propose une plateforme de partage de vidéo pour les professionnels, permettant par exemple aux producteurs de contenu de mettre à disposition leurs contenus aux journalistes et critiques de façon sécurisée. Autre marché, la diffusion de contenus dans le monde de l’hospitalité, c’est à dire les avions et les hôtels ou auprès du grand public, par les opérateurs de télévision payante et les fournisseurs de vidéo à la demande. Là encore, ContentArmor a établi des partenariats avec des sociétés comme ViaccessOrca qui sécurise les contenus diffusés par Orange ou le français InsideSecure qui propose des solutions de sécurité permettant d’accéder au contenu sur des appareils mobiles.
L’investissement de Calao Finance et de Breizh Up dans ContentArmor permettra d’accélérer la mise à disposition sur le marché de la version du produit supportant les contenus diffusés en direct. Il vise également à soutenir la stratégie internationale de ContentArmor, notamment aux Etats-Unis.

Interested? If you want more info we can help you

Contact Us

Close Contact

Contact

Close

Stay in touch

Close

Share this content


We value your privacy. We use cookies, including from our partners, to enhance and personalize your experience. If you continue browsing on this website, you will be providing your consent to our use of cookies. For more information, see our Privacy Policy. x